Les suspicieuses affaires de désindexation de pages sur Google

Posted by in BRÈVES DE CLAVIER

Eugene Volok, avocat à l’Université de Californie à Los Angeles, vient de mettre la main sur 25 rapport suspects demandant la désindexation de pages web sur Google.
Dans la plupart de ces rapport disponibles en ligne les plaignants portent plainte pour diffamation ou atteinte aux droits d’auteur. L’accusé reçoit l’injonction lui sommant de supprimer le contenu et le fait sans hésiter. Ces affaires ne se retrouvent jamais devant la justice et le contenu est soit supprimé par la plateforme qui l’héberge ou désindexé par Google.

En enquêtant sur lesdits plaintifs, Volok a découvert qu’ils n’existaient tout simplement pas. Les noms sont inventés et assignés à de fausses adresses. Et dans les cas où ils existent vraiment, ils ne sont absolument pas au courant des actions juridiques prisent en leur nom.

Pour Volok, il s’agirait d’agences d’e-réputation qui utilisent les conditions d’utilisation de Google pour désindexer du contenu au profit de leurs clients. Le moteur de recherche est très clair là-dessus, si le contenu contient des propos diffamatoires ou portant atteinte aux droits d’auteur, il sera désindexé.

Dans son article, Eugene Volok donne de nombreux exemples allant de l’avis négatif sur Yelp au faux commentaire diffamatoire pour faire désindexer un article.

La pratique est assez brutale et implique parfois une physique dans un processus juridique sans son consentement. Pour l’heure, ces affaires n’ont jamais été portées devant un tribunal. Mais si cela devait arriver, le plaignant se retrouverait en plein procès sans jamais avoir véritablement engagé de poursuites.
Source

Rewind #5 Le genre humain face aux machines

Bonus track #5 RDV sur Caramail pour parler moralité, tofu et Tinder